Musée des Arts Décoratifs, du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018

Depuis le mois de juillet, on ne parle que de ça !

Avant les grandes vacances, malgré la tentation, je n’avais pas eu le temps d’aller la voir, cette expo qui porte si bien son nom, une expo de rêve ! Septembre ne m’a guère laissé de temps pour les loisirs. Mais, heureusement, une de mes meilleures amies m’a fait la surprise de m’y emmener récemment et ce fut un délicieux moment passé en sa compagnie, entourée de tenues enchanteresses.

Pour celles qui ont la chance d’habiter Paris ou banlieue et qui n’auraient pas encore été la voir, surtout n’attendez pas la fin ! Comme je ne veux pas vous spoiler l’expo, je vous conseille d’arrêter votre lecture, de cliquer sur le lien en bas de l’article et d’acheter vos billets au plus vite.

Les premiers jours d’une expo aussi courue sont impraticables. Les derniers jours sont souvent tout aussi chargés. En ce moment, nous sommes donc dans le creux de la vague – si creux il y a -. C’est le moment de s’y précipiter (d’expérience, je dirais que la meilleure heure, celle où il y a le moins d’attente, se situe en semaine aux alentours de 13h).

Pour celles qui habitent loin et qui ne comptent pas venir à Paris avant le mois de janvier, regardez ce qui suit et cliquez quand même sur le lien en bas de page pour avoir vous aussi toutes les précisions historiques sur la maison Dior.

L’exposition

La visite de l’exposition dure environ 2h/2h30 si l’on prend son temps (mais sans traîner outre mesure). Les premières salles regorgent de trésors. Des murs entiers, occupés par des robes, des sacs, des parfums, des emballages, des croquis, des modèles réduits, des publicités, des chapeaux, des chaussures, des gants, des bijoux et autres accessoires, classés couleur par couleur. Tant d’objets si bien agencés, cela donne le tournis, impossible de tout regarder en une seule visite. Et puis, derrière, ça bouscule un peu, il faut avancer, pas le choix.

Ce n’est rien encore, comparé à la suite.

Des salles d’un autre temps, qui nous plongent dans le grand siècle :

Dans une féminité sublimée :

Dans un ciel de conte de fées :

Les surprises

Si vous aimez les surprises, arrêtez là votre lecture…

Sinon, eh bien disons que je vous aurais prévenu(e)s !

Après tant de magnificence, vous déboucherez sur une pièce absolument incroyable, surtout si vous faîtes de la couture et si le mot toile signifie quelque chose pour vous (autre que toile de tente ou toile de parachute…).

Levez la tête, faites un tour complet sur vous-même et contemplez la série de prototypes qui vous dominent. Toutes ces toiles sont-elles devenues des robes ? Je n’en sais rien mais elles sont déjà si belles, si abouties qu’on les porterait bien telles quelles.

Et là, dans un coin… L’homme qui fabriquait les mythiques sacs Lady Dior ! En plein travail. Il ne parle pas mais il se laisse regarder. Si vous avez un peu (beaucoup) de patience et que vous jouez des coudes, vous accéderez au premier rang et vous aurez envie de rester plusieurs heures avec lui pour observer dans le détail son merveilleux savoir-faire.

Les grands noms de la maison Dior

Après cela, vous penserez que c’est fini. Mais non… Il vous reste encore plusieurs salles à parcourir pour découvrir l’univers de chacun des créateurs qui ont fait l’image de la maison Dior depuis la mort de son fondateur.

Jusqu’à la salle ultime, merveille d’entre les merveilles, où l’on passerait bien le reste (cochez la bonne réponse) de la journée / de la nuit / du mois / de l’année / de sa vie…

Vous comprenez maintenant pourquoi vous devez aller rapidement au Musée des Arts Décoratifs ? Parce que, forcément, après cette première visite, vous aurez envie d’y retourner. Encore et encore… Et ce serait vraiment dommage que l’expo soit déjà terminée, non ?…

Bonne(s) visite(s) !

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/actualites/expositions-en-cours/christian-dior-couturier-du-reve/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *