Et vous, vous avez le vôtre ?

Il y a quelques jours, plusieurs personnes de mon entourage m’ont sollicitée afin que je leur fabrique des masques de protection, les pharmacies étant en rupture de stock depuis un certain temps. J’y avais déjà réfléchi depuis le weekend dernier mais je n’étais pas encore passée à l’action. Que faire ? Dire oui, évidemment, c’était la seule réponse possible. Sur quelle base travailler ? Heureusement pour moi, le CHU de Grenoble a mis en ligne un super tuto de masque (suivi également par d’autres CHU). Aussi, plutôt que de créer mon propre masque, j’ai préféré choisir la sécurité, un modèle validé par le corps médical.

Et hop ! Me voilà partie pour réaliser mon tout premier masque. Premier problème : l’élastique. Je me suis rendue compte que je n’en avais pas suffisamment pour faire plus de deux ou trois masques, soit pour un usage uniquement intra-familial. Alors, j’ai dû chercher une autre solution et j’ai trouvé l’idée du lien. J’ai testé les deux pour voir s’il me fallait absolument de l’élastique ainsi que préconisé dans le tuto ou bien si le lien suffisait. En fait, il s’avère que le lien est beaucoup plus confortable (l’élastique fait mal aux oreilles). Pour un usage strictement médical, l’élastique reste peut-être plus commode car on peut ainsi l’enlever et le remettre plus facilement. Mais pour un usage personnel, à savoir aller faire ses courses pendant une petite heure, le lien est parfait, le masque reste bien en place et ne fait pas mal.

Pour ce qui est des fournitures, il faut évidemment faire avec les moyens du bord. Le tuto préconise des chutes de coton fin, ce que j’ai utilisé. Le liberty, si vous en avez, est également très bien car son tissage est particulièrement dense. J’ai lu par ci par là qu’il valait mieux utiliser des tissus synthétiques car l’air passe moins à travers les fibres. C’est possible mais le tuto du CHU de Grenoble n’en parle pas. De toute façon, comme je ne suis pas une grande adepte des synthétiques, j’en ai très peu et en plus je ne suis pas certaine que ce soit très sain ni très confortable (il faut tout de même pouvoir respirer à travers le masque !).

Pour l’intérieur, on peut utiliser du molleton ou une polaire fine. Pour ma part, il me restait un tissu de caban blanc très moelleux que j’avais acheté pour réaliser un manteau (manteau raté malheureusement, la matière le faisant ressembler davantage à une robe de chambre !). Bien sûr, je l’ai lavé avant à 40° pour voir comment il se comportait, il n’a pas bougé. A mon avis, il est inutile de laver vos chutes de tissus puisque de toute façon il est évident que la personne à qui vous allez destiner le masque va devoir elle-même le relaver avant de le porter ! Mais enfin, un excès de précaution ne peut pas nuire donc faites bien comme vous voulez.

Vous trouverez ci dessous le tuto du CHU de Grenoble. Vous n’avez qu’à lire les recommandations et imprimer le tuto. Maintenant, comme j’en ai déjà réalisé quelques uns et que j’ai quand même un peu l’habitude vu que c’est mon métier, je vous propose mes propres explications :

1 – Imprimer et découper le patron dans la taille souhaitée (lorsque vous le découpez, pensez à rajouter 1 cm de valeurs de couture tout autour sauf sur les petits côtés où il faut ajouter 2,5 cm).

2 – Plier votre tissu en double et couper deux fois le patron mais pas nécessairement sur la pliure (vous devez avoir 4 pièces).

3 – Plier votre molleton en double  et couper une fois le patron (vous devez avoir 2 pièces). ATTENTION : pour le molleton, vous devez enlever les 2,5 cm de valeurs de couture que vous avez ajoutés sur le petit côté.

4 – Assemblez les tissus endroit contre endroit sur la partie arrondie. Recoupez les valeurs de couture aux ciseaux cranteurs si vous en avez. A ce stade, vous avez trois doubles pièces identiques, 2 en tissu et 1 en molleton.

5 – Poser les trois pièces l’une sur l’autre dans l’ordre suivant : le molleton endroit vers vous, le tissu 1 envers contre endroit du molleton, le tissu 2 endroit contre endroit du tissu 1.

6 – Coudre le haut et le bas (mais pas les petits côtés). Recoupez les valeurs de couture aux ciseaux cranteurs si vous en avez.

7 – Retournez le tube sur l’endroit. Personnellement, je n’ai pas fait les surpiqûres préconisées dans le tuto d’origine car je trouve qu’elles ne servent à rien (si ce n’est à créer plus de points d’entrée pour le virus).

8 – Replier les petits côtés pour créer une coulisse (on plie 1 cm de tissu sur l’envers du masque puis on replie une deuxième fois sur 1,5 cm). Piquer sur toute la longueur des petits côtés.

Le masque est terminé ! Il vous reste à faire le lien.

9 – Couper une bande d’environ 1 m 20 X 5 cm (moi je ne me suis pas embêtée, j’ai coupé une laize entière soit 1 m 40 mais c’est vrai que c’est un peu long). Plier la bande en deux endroit contre endroit dans le sens de la longueur. Piquer sur toute la longueur. Retourner sur l’endroit et terminer les extrémités par une petite couture à la machine ou à la main en rentrant les valeurs de couture à l’intérieur du tube. Si vous trouvez cela trop dur de retourner une aussi longue bande, vous pouvez aussi la préformer au fer à repasser comme un biais et la coudre sur l’endroit, ce sera très bien aussi !

10 – Glisser la bande avec une épingle de nourrice dans les deux coulisses : partez du bas du masque, glissez l’extrémité de la bande en direction du haut puis glissez la bande dans la deuxième coulisse du haut vers le bas. La boucle ainsi créée passera derrière la tête et les liens qui pendent serviront à attacher le masque dans la nuque.

Voilà, c’est prêt !

Le tuto est juste en dessous.

N’hésitez pas si vous avez des questions 😉

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-tuto-comment-fabriquer-votre-propre-masque-de-protection-1584546258

 

 

 

Suivez L'atelier des cousettes :
error0
Tweet 20
fb-share-icon20

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.